Invitation à un ciné débat autour de l'autisme

  • Invitation à un ciné-débat autour de l’autisme

    La mairie de St Vallier sur Rhône s’est mobilisée le 2 avril, journée de sensibilisation à l’autisme et nous a invitées pour débattre autour du film « Hors normes » d’Eric Toledano et Olivier Nakache sorti en 2019.

    Nous avons mis l’accent sur la portée politique de ce film, au moment où le « tout » inclusif a pour effet l’exclusion. Le manque de places dans les institutions et la logique de désinstitutionalisation laissent les jeunes adultes et leurs parents perdus, désemparés, sans solution, rendant difficile la possibilité de se faire une place dans le monde.

    C’est à partir de faits réels et de deux institutions, « Le silence des justes « et « Le Relais d’Ile de France », que ce film a été conçu. Leurs deux responsables œuvrent jour après jour pour donner une place à ceux qui n’en ont pas d’emblée. Ils organisent de drôles de duos entre les dits autistes et les jeunes de quartiers défavorisés.

    Sans pathos ni idéal, et sans éluder ce qui rate, ce film est une très belle leçon sur le désir, qui seul nous permet d’aller à la rencontre de deux jeunes autistes, Joseph et Valentin, aussi différents que chacun de nous peut l’être. Le désir et la singularité se heurtent violemment à la logique bureaucratique évaluatrice.

    Comment se faire partenaire des autistes, mutiques, ritualisés, qui peuvent s’automutiler ? « Le timing c’est eux qui le donnent » dit Bruno, le responsable, à un jeune éducateur, qui ose vouloir comprendre. Qu’est-ce que Joseph nous indique du rapport si particulier qu’il entretient avec la parole et le langage dans ses « échanges » avec l’éducateur ?

    « C’est quoi l’autisme ? », « Est-ce que c’est une maladie ? », « Est-ce qu’ils sont plus intelligents que nous ? », « Est-ce que c’est à cause des parents ? », « Si on est des jumeaux, est ce que les deux sont autistes ? » Les enfants, les collégiens, présents dans la salle, nous ont questionnés librement.

    Dans les échanges avec les enfants, adolescents, parents et professionnels présents ce soir-là, nous avons souligné, avec l’appui du film, « la différence » autistique, et mis en valeur plusieurs points : ce qui du détail fait rencontre, l’importance de la manière de s’adresser à ces sujets, le respect de leurs objets, de leurs rituels, de leurs affinités. « Prendre en compte la différence autistique quelle que soit la manière de la concevoir implique une rupture avec les discours normatifs véhiculés par les protocoles et les bonnes pratiques » écrit JC Maleval dans son livre « La différence autistique » paru en 2021 au Presses Universitaires de Vincennes (p19).

    Cette différence, voire cette déviance, c’est aussi cette altérité intime à nous-même, que ce film met en lumière.

    Par Stéphanie Bozonnet et Geneviève Valentin Morales.